Ni temps, ni météo ni devenir sans eau : « tout s’écoule » disait Héraclite. L’eau est la vie… voilà une idée claire et limpide pour l’Humanité depuis Thalès de Milet. Vous trouverez dans les écrits des auteurs antiques des rivières d’informations, de recommandations, des jeux d’eau d’émerveillement, des viviers de questionnements et des cascades de classements que ces 3 petites voyelles « EAU » contiennent. Sénèque et Pline lui consacrent même chacun un livre entier ! 

L’eau est l’un des 4 éléments primordiaux. L’eau est une puissance naturelle. L’eau conditionne la fécondité. L’eau guérit :

La cité de Tongres, dans les Gaules, a une fontaine fameuse (Spa) dont l’eau, toute petit tante de bulles, a un goût ferrugineux, qui ne se fait sentir que quand on finit de boire. Cette eau est purgative, guérit les fièvres tierces et dissipe les affections calculeuses. La même eau, mise sur le feu, se trouble et finit par rougir. (Pline l’Ancien, HN, XXXI, 8) 

L’eau n’est pas que bonne et féconde : elle a aussi une puissance néfaste et destructrice : le Gallo-romain se préserve du déluge avec son « cuculus »  et  le Romain en est aussi conscient et sait qu’il faut mettre de l’eau dans son vin. Le Gaulois boira l’hydromel (l’eau et le miel) ou la cervoise (l’eau et l’orge). 

Le Romain distingue les eaux célestes et les eaux terrestres, les eaux immobiles et les eaux courantes, les eaux douces et les eaux salines, les eaux thermales (sulfureuses, alumineuses, bitumineuses ou nitreuses…) et les eaux minérales, les eaux vénéneuses et les eaux chargées de matières. Ils ont connaissance de l’eau devenant pierre et des eaux tinctoriales. Ils savent comment séparer le sel de l’eau et comment garder les aliments dans la saumure. Ils cherchent et proposent quelques hypothèses sur le jaillissement ou le tarissement ou la périodicité des sources, sur le pourquoi de l’eau qui ne fera jamais défaut sur Terre. Ils ont aussi imaginé l’analogie que la terre, comme le corps humain, a des veines et des artères par lesquelles circulent l’eau et l’air. Bref, la littérature antique nous fait connaître l’eau. 

Auteurs : Julien Bohet.

Skip to content